Événements numériques ou hybrides

En 2020, suite à l’épidémie de Covid-19, nous avons décidé d’adapter le format de la Journée internationale des musées et de nous concentrer sur les activités numériques, afin de promouvoir les valeurs de la JIM tout en assurant la sécurité du public et du personnel.

Compte tenu du succès de la JIM2020 et de l’extraordinaire participation de la communauté muséale, et pour continuer à assurer la sécurité du personnel et des visiteurs, les conseils suivants sur le développement des activités en ligne restent valables ! Que ce soit en présence ou en ligne, n’oubliez pas de nous faire part de vos idées pour la prochaine Journée internationale des musées !

ATTEINDRE VOTRE PUBLIC À DISTANCE

Comment les musées peuvent-ils garantir la diversité et l’inclusion dans leurs activités numériques, en exploitant le potentiel du web ? En mars 2020, nous avons préparé une liste de bonnes pratiques en matière d’activités numériques qui peuvent inspirer les musées à mettre leurs programmes en ligne.

Si vous avez encore du mal à trouver des moyens d’engager votre public en ligne, consultez Connectés à la Culture, une boîte à outils que nous avons développée avec Google Arts & Culture pour la Journée internationale des musées 2020, afin d’aider les organisations à combler le fossé numérique.

Nous avons également organisé un webinaire sur la transformation numérique réunissant des professionnels de musées de différents pays pour faire le point sur des sujets tels que la numérisation des collections et les nouvelles possibilités pour les publics, l’éducation muséale et la formation continue en ligne.

Cette liste n’est en aucun cas exhaustive et depuis lors, les musées ont fait de grands progrès dans leurs activités numériques. Si vous avez des suggestions ou des bonnes pratiques à signaler, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse icom.network@icom.museum


LES RÉCITS

Les directeurs et conservateurs des musées ont depuis longtemps commencé à raconter eux-mêmes leurs collections: des initiatives telles que « Ask a Curator » ou « Le passeggiate del Direttore » récemment promu par le Musée Egyptien de Turin, sont des outils très utiles pour donner un point de vue personnel à vos activités numériques. Mais qu’en est-il des autres récits qui composent un musée ? Pourquoi ne pas impliquer l’ensemble du personnel, pour parler de vos collections ou simplement de ce qui se passe dans le monde en ce moment ? Ou les visiteurs et les bénévoles, en leur demandant ce qui les a amenés à aimer votre institution, à se sentir inclus ? Pour vous donner un exemple contemporain, le Museum of Ordinary People au Royaume-Uni invite le public à partager ses propres expériences de la vie dans la crise du coronavirus.


LE PUBLIC

Comme suggéré dans notre guide pour organiser les activités de la JIM, nous vous recommandons de cibler un public spécifique (tels que les enfants, les personnes âgées, une minorité, etc.). Entre autres, l’Exploratorium de San Franciscopropose des activités en ligne pour aider les enfants à comprendre la science derrière les virus et comment nous protéger contre les infections. L’isolement forcé et le confinement peuvent surtout affecter les catégories les plus fragiles : pensez aux personnes âgées par exemple, et aux effets de l’auto-isolement sur leur bien-être général. La Fondation Baring a rassemblé une excellente liste d’exemples d’activités que vous pouvez promouvoir pour les personnes âgées ou en partenariat avec des maisons de soins.

@ Site web de l’Exploratorium de San Francisco

LE MEDIUM

Une fois que vous avez choisi votre public cible, vous devez réfléchir à la manière de l’atteindre : quels media et quelles langages utiliser ? Les possibilités du numérique sont infinies, mais n’oubliez pas que les réseaux sociaux ne sont pas synonymes d’accessibilité. Pour toucher votre public à distance, pourquoi ne pas envisager des émissions de radio (vous vous souvenez des podcasts des musées ?) : le projet monumental « Une histoire du Monde » du British Museum vient à l’esprit, mais pourquoi ne pas travailler en partenariat avec des partenaires locaux plus petits ? Ou plutôt développer une « miracle hotline » pour permettre à votre public de vous appeler directement par téléphone ? Enfin, l’initiative « 1 lettre, 1 sourire » met en relation des personnes qui souhaitent écrire une lettre aux personnes âgées actuellement en confinement à travers la France et la Belgique, pourquoi ne pas encourager vos communautés à s’envoyer des cartes postales du musée ?


LE CONTENU

Dernier point mais non des moindres : le contenu ! Est-il pertinent pour le public et compatible avec le médium choisis ? Quel est votre objectif : raconter une histoire, amuser, lever des doutes ? Pour vraiment impliquer votre public, vous ne devez pas seulement parler d’objets, mais de connexions : que signifient vos collections pour qui écoute ? Sont-ils pertinents pour eux ? Voici trois excellents exemples sur la façon d’adapter votre narration :

Comme recommandation générale, encouragez votre public à interagir avec vos collections ! Un exemple que nous ne pouvons pas manquer de mentionner est l’appel à propositions pour recréer des œuvres d’art célèbres de chez vous, promu par de nombreuses institutions du patrimoine culturel (comme par exemple cet article du Getty Museum) et partagé sur Twitter et Instagram en utilisant #TussenKunstenQuarantaine et #BetweenArtAndQuarantine.

L’Astronome, 1668, Johannes Vermeer, Musée du Louvre, Paris. Recréé par Ann Zumhagen-Krause et son mari.